31 janvier 2012

Lundi, j'arrête - incipit

Bien que je l'ai écrit, je ne cautionne évidemment pas ce texte.               Il y aura toujours des gens qui sont là uniquement pour foutre en l’air votre vie. On dirait qu’ils ont été créés explicitement pour cela. En plus, des fois, ces gens ne vous connaissent pas. Vous ne les connaissez pas non plus. Mais ils existent, et ce n’est pas de nature à vous aider - à quoi ? À rien. Si j’étais parano, je croirais même qu’il existe une secte appelée « Tout faire pour ruiner le bonheur de... [Lire la suite]
Posté par anaischartier à 23:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 octobre 2011

Des feuilles sur la route - Prologue

          Je ne sais pas par où commencer. J’ai cent cinquante pages pour vider mon sac. Une thérapie à l’écrit, voilà qui est original. Mais mieux vaut écrire seul que parler seul, allongé sur un divan inconfortable, dans une pénombre stylisée, pleine de livres, de photos en noir et blanc, avec Freud qui vous contemple, l’air méchant. En plus, ça coûte moins cher. Et on se sent moins con que chez un psy.  Parler, donc. Raconter. Trouver un début qui colle. En même temps, je m’en moque : personne ne me... [Lire la suite]
Posté par anaischartier à 23:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 juin 2011

Incipit

        L’IMMEUBLE était vieux.  Entassés sur les étagères des bibliothèques, d’antiques livres sentaient le moisi. Des bibelots hétéroclites, d’un âge plus ou moins avancé, complétaient le décor et les souvenirs des rares visiteurs, plus encore que ceux de l’habitante, qui ne les voyait plus. Elle n’avait plus besoin de les voir, ces objets ; ses souvenirs, elle les vivait, dans cet appartement qui sentait le renfermé. Sur les murs recouverts de papier fané, des médaillons, des portraits aux tons plutôt... [Lire la suite]
Posté par anaischartier à 18:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
01 janvier 2011

Incipit

J’ai toujours su que ça se terminerait comme ça. Comme ca, et pas autrement. C’était bien net dans mon esprit. C’était comme quand on va voir un film au cinéma, alors qu’un abrutis nous a déjà annoncé avec un air d’autosatisfaction le dénouement de l’intrigue. Je savais, mais je ne pouvais me résigner à ne pas voir. Dans le cas de l’abrutis fini, ne pas voir signifie ne pas aller au cinéma, tout simplement. Dans mon cas, c’était plus délicat car, ne pas voir, c’était commettre mon suicide. Par “ se terminer comme ça ”, il faut... [Lire la suite]
Posté par anaischartier à 19:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,