D’un sourire, presque exsangue,
Je te regarde passer.
Je laisse mon cœur tendre
S’habituer au passé.
Je t’ai aimé et ne pense
Oublier ce désir lassé.
Et si un jour je succombe
A l’amour d’un naufragé,
Qui trouve en mon cœur en cendre
Un refuge désespéré,
Je lui dirai la vérité :
Je t’ai aimé et ne peut rendre
Un amour fou et engagé.